Annabelle Rodriguez & Cahier de Bouillon Trio - Lunares-Toulouse

Publié le par berlang

P1300339.JPG

                                                                                                                      Annabelle   Rodriguez

                                                                                                                      Cahier de Bouillon

                                                                                                                                      

 Ph.Bernard Langlade
Translate
  
Avertissements

L’accès à ce blog par le biais d’une page « non catégorisée », page englobant l’ensemble des articles, se traduirara par l'audition d'un désagréable mélange musical. Pour accéder à la page de l’article concerné, cliquer sur le titre (en lettres de couleur bleu) figurant en haut de page. La page concernée s’ouvrira.

 Les mots, groupes de mots de couleur Rouge et la petite image, sont des liens hypertextes sur lesquels il est possible de cliquer.
Photos : Pour visionner les photos, cliquez sur la petite Image. Une nouvelle page s'ouvrira.
 Ecrire un commentaire  
 Contact

Lorsque j'ai crée ce blog, lorsque j'ai commencé à diffuser images et vidéos de spectacles, j'ai été (et reste encore) motivé par un seul désir : Faire connaitre des talents reconnus (ou moins connus) au-delà du cercle des habitués du genre.
Equipé d'un matériel photo (et vidéo) aux performances limitées,
il en résulte parfois une diffusion dégradée de la qualité audio initiale. Cette diffusion peut donc générer dans l'esprit du public, confusion et représentation faussée de la prestation des artistes  concernés ; Une représentation déformée qui peut leur être préjudiciable.
Les vidéos que j'ai enregistrées et que je diffuse ici même, ne donnent donc qu'une première idée du talent réel des artistes concernés.
 
Blog optimisé avec Mozilla Firefox
Installer

   
                                                                                

Sevillanas  sur  le parquet  du  Lunares ...
Toulouse,  la  "Ville rose",   quartier   des   sept Deniers  ... 
A l’évocation du nom de ce quartet et à une lettre près, je m’étais dis, in petto, qu’il  n’était pas forcément  judicieux  de  mélanger les genres. Les  cahiers  de  brouillon risquaient parfois leur réputation, leur pérennité aussi, à divaguer en cuisine.

Ambiance  intimiste et musicale d'une belle salle de flamenco, où l'on danse aussi ;
Un délicat nid douillet, perdu lors d'une  sombre et fraîche soirée pré-hivernale.
Un parquet encore marqué de l’écho des danseuses de Sevillana, attendait le visiteur d’un soir dans une pénombre feutrée et complice.

Par cette froide nuit de novembre,  la  voix  chaude  d’Annabelle Rodriguez
emporta le spectateur dans sa fougue et sa passion. L'espace d'un instant, j’eus l’éphémère illusion d’un ballet d’ombres lancinantes ; Sombres fantômes glissant sur ce parquet glacé,  le  martelant aussi sur les rythmes  passionnés  d'une sevillana.

Le répertoire d’Annabelle Rodriguez et de son trio à cordes, puise ses racines et ses influences dans des sonorités hispano-américaines. On  retrouve aussi dans son crédo musical,  des compositions en français tout aussi enjouées  ou  mélancoliques.

Ecole de danse "Lunares"                                             
Le site 

P1300173nbr-mini200.JPG

 

Bouillon ...
Je laisse aux intéressés, le soin  de  se présenter eux-mêmes ...
"… Le groupe revisite notamment le patrimoine musical hispano-américain ; On  redécouvre  Mercedes Sosa, Maria Dolores Pradera, Victor Jara, ou le Venezuela de Lilia Vera et Soledad Bravo, à travers des chansons plus "adoptées"  qu’adaptées. Jouant,  selon les morceaux,  à deux (guitare / voix),  à trois, ou les quatre ensemble, Bouillon épure ou endiable, grâce aux subtils arrangements de ce  "quatuor à cordes".  Autour d’une guitare rythmique, émergent selon les ambiances, la vivacité de la mandoline, la solennité de la mandole ou la clarté du charango. La voix, grave et posée, est sans artifice. Le répertoire est donc alternativement intimiste et festif. L’émotion retenue du début du spectacle, cède ainsi la place à l’allégresse rayonnante et communicative des rythmes du sud. Puis les textes en français d’Annabelle Chaubet,  poèmes mis en musique, réinstallent la profondeur des mots,  avant un final rieur  et  presque  " olé olé ". Car  si  l’on ne peut pas rire de tout,  on peut peut-être rire  de tous. Et le groupe ne se gène pas,  entre les morceaux,   pour   "s’auto-dérire". ..."
WebSite



Les artistes ...

"  ... Ce siècle s’ouvre sur un désir de chanter, qui rencontre un désir de guitare. Jean-François Grabowski, dit Nounours, guitariste averti et compositeur prolixe, devient officiellement accompagnateur municipal d’Annabelle Rodriguez, chanteuse novice et apeurée.

Ce sont les origines espagnole d’Annabelle Rodriguez qui mènent la danse, et permettent à ce duo poétique de monter un répertoire hispano américain tendre et coloré.

Très vite, Miche Marcos, complice de longue date de jean François Grabowski (ils ont notamment joué dans Félix La Putaragne et Oï Ventilo, au siècle dernier et jouent ensemble les compositions de Jean François), rejoint le duo. Un premier disque nait, avec 11 morceaux, dont deux compositions en français. Un invité du disque, Daniel Portales, qui travaille régulièrement avec Bernardo Sandoval sur des musiques de film (Western de Manuel Poirié notamment) décide de rester. Avec sa mandoline, il brode de la dentelle aigüe, en point de croix sur le chant.

C’est sous cette formule, dite cuarteto bancal, que le groupe se produit depuis 2006.


Le répertoire : Intimité version joie ...
Annabelle Rodriguez souffle, selon les vents une musique ibérique allègre ou des compositions en français. Le groupe revisite le patrimoine musical hispano-américain ; on redécouvre Chabuca Granda, Maria Dolores Pradera, Victor Jara, ou le Venezuela de Lilia Vera et Soledad Bravo, à travers des chansons plus " adoptées " qu’adaptées. Jouant, selon les morceaux, à deux (guitare / voix), à trois, ou les quatre ensemble, le groupe épure ou endiable, grâce aux subtils arrangements de ce " quatuor à cordes ". Autour d’une guitare rythmique, émergent selon les ambiances, la vivacité de la mandoline, la solennité de la mandole ou la clarté du charango. La voix, grave et posée, est sans artifice. Le répertoire est donc alternativement intimiste et festif. L’émotion retenue du début du spectacle cède ainsi la place à l’allégresse rayonnante et communicative des rythmes du sud. Puis les poèmes, en français, mis en musique, réinstallent la profondeur des mots, avant un final rieur et presque " olé olé ". Car si l’on ne peut pas rire de tout, on peut peut-être rire de tous. Et le groupe ne se gène pas, entre les morceaux, pour " s’auto-dérire ". "
Extrait du site Que faire aujourd'hui ?


 

Cahier de Bouillon 
Extraits de la soirée ...                                        


                                                                           Annabelle Rodriguez-Chaubet  et  Bouillon


+++  de vidéos 

          1 / 4

          2 / 4

          3 / 4

          4 / 4

 

Crédits
Textes, photos et vidéos 
 Bernard Langlade
 
Contact

 

Accueil
Page Spectacles              
     un compteur pour votre site

Commenter cet article