Bob Brozman, ... la ville rose a le blues - le biJou-Toulouse

Publié le par berlang




P1290057couverture-mini700.JPG

 Ph.Bernard Langlade                                                              Bob Brozman

Translate

 
Avertissements
L’accès à ce blog par le biais d’une page « non catégorisée », page englobant l’ensemble des articles, se traduira par l'écoute d'un désagréable mélange musical. Pour accéder à la page de l’article concerné, cliquer sur le titre (en lettres de couleur bleu) figurant en haut de page. La page concernée s’ouvrira.

Les mots, groupes de mots de couleur Rouge et la petite image, sont des liens hypertextes sur lesquels il est possible de cliquer.
Photos : Pour visionner les photos, cliquez sur la petite Image. Une nouvelle page s'ouvrira.
Musique
: Le lecteur  est situé  au pied de l'article.

Ecrire un commentaire  
 Contact

Lorsque j'ai crée ce blog, lorsque j'ai commencé à diffuser images et vidéos de spectacles, j'ai été (et reste encore) motivé par un seul désir : Contribuer à faire connaitre des talents reconnus (ou moins connus) au-delà du cercle des habitués du genre.
Equipé d'un matériel photo (et vidéo) aux performances limitées,
il en résulte parfois une restitution dégradée de la qualité audio initiale. Cette diffusion peut donc générer dans l'esprit du public, confusion et représentation faussée de la prestation des artistes  concernés ; Une représentation déformée qui peut leur être préjudiciable. Les vidéos que j'ai enregistrées et que je diffuse ici même, ne donnent donc qu'une première idée du talent réel des artistes concernés.

 

 

Une soirée au bijou ...
La  variété  des  programmations, proposées par  cette belle  salle de spectacles  de la  ville rose,   m'avait  incité à aller découvrir un  bluesman  atypique ...
...    Bob Brozman                                                                         
 Le site

 

Bob Brozman, ... la bio 
Pour cette soirée musicale de Novembre, le Bijou, réputée salle de spectacles de la ville rose, recevait un bluesman renommé. Un look de surfer californien et des sonorités aux influences marquées, Bob brozman dénote par son originalité sur les autres guitaristes du genre.

P1290051pic-700.JPG

 
Qu'il ait ou non aimé sa musique, sa truculence et son sens du l'humour, le spectateur n'oubliera sûrement pas le Onemanshow de Bob Brozman. Selon certains commentateurs avisés, il y a du Mel Brooks et du Woody Allen dans le personnage. Pour faire court, le spectateur  percevra rapidement chez ce surprenant artiste (aimerait-il cet épithète ?), une créativité sans limites et sans tabou, mêlée d'une insatiable curiosité musicale ouverte sur les musiques du monde.  Il y a sans doute chez cet artiste hors normes (du showbizz, notamment), une authentique part de folie qui captivera aisément son public.
Consacré «Meilleur guitariste acoustique 2010 », Bob Brozman a désormais atteint
une reconnaissance sur la planète Blues. Cette performance, il l'a accompli sans rien devoir au modèle du «star bussiness ». Il doit sans doute  cette consécration à ses convictions personnelles, et pourquoi pas, à une authentique sincérité artistique ; Positions personnelles dans lesquelles la musique ne doit pas perdre cette part de créativité, d’originalité aussi. Sur ce terrain, Bob Brozman a réussi son pari.
Il doit sans doute aussi son succès à un authentique goût du contact avec
le public, qui l’écoute et le découvre souvent avec ravissement et curiosité.
Au cours de cette soirée automnale, le public goûtera  avec une gourmandise
évidente, aux facéties et à l’humour, en un mot, à la proximité  de ce musicien si particulier.
IL y a dans la musique de Bob Brozman, des influences souvent assez éloignées,
issues d’horizons musicaux différents.
On trouve dans sa musique, pèle-mèle, et ponctuée de percussions
sur sa guitare métallique,  percutée d'une main calleuse, du blues du sud. Quoi de plus normal chez un blues-man.
Plus surprenant peut-être, on y décèle aussi des accents country,
voire aussi à des sonorités de musique indienne qui m’ont fait songer à Ravi Shankar. On y trouve surtout des accents de musiques hawaïennes, Parfois très proches de ceux produits par un ukelele. C’est peut-être sur ce dernier point que la musique de Bob Brozman est si singulière.
La grande spécificité de sa musique, particularité qui produit des sons si particuliers
Le slide.


Le slide ...
Une technique musicale initiée à Hawaï. Elle consiste à faire glisser (V. to slide) un objet de métal ou de verre  sur les cordes.


On retrouve aussi chez ce musicien, vêtu d’une bariolée chemise ivoirienne ce soir-là, une curiosité insatiable  devant les cultures et les musiques du monde, Des cultures africaines  particulièrement. Pourtant, il ne faudrait pas se laisser abuser par son look débonnaire et "artistique".
Sous son apparence de musicien débonnaire et dilettante, Bob Brozman dissimule la rigueur scientifique du chercheur en musicologie ; Une force créatrice bien visible sur scène, mais aussi un goût invétéré pour la pédagogie. Certain(e)s dans cette salle obscure, ont pu apprécier modérément ses longs monologues amusés. Sa musique est sans doute, avancent certains,  une forme de "synchrétisme des musiques du monde". Bob Brozman s’est peut-être fixée pour  "mis sion",  de transmettre le fruit de ses expériences nées de ses rencontres avec les musiques populaires,  celles des peuples colonisés, tout particulièrement.


Proche de son public ? Bob Brozman nous en fît une démonstration au cours de cette soirée.
Au-delà des ses propres commentaires, qui n’étaient pas exclusivement musicaux, il  attendit  son public à  la sortie de la salle, afin de le remercier d'être venu  l’écouter. De mon côté et comme à l'accoutumée,  je procédais en  "immersion", l'oreille en coin et l'oeil (bio-ionique) à l'affût.


L'avis de la critique ...

Bob Brozman, ... Le blues dans un éclat de rire

" Bob Brozman, réincarnation de Groucho Marx et des années 20 - 30 est un allumé, un excentrique virtuose (meilleur guitariste de "Guitar Player") qui vole d'incroyables harmoniques à de vieilles "National.
Ce zinzin mérite le détour car ses shows relèvent plus de Tex Avery que du cours d'éthno-musicologie, "son auto-parodie n'ayant d'égale que sa dextérité diabolique"(Frank Tenaille, le Nouvel Observateur).


"Ce petit barbu maléfique aux lunettes cerclées de métal dégage un bonheur et une joie de vivre et de jouer irradiante.
Cher public attention, Bob Brozman est épuisant de rires et de notes arrachées à ses guitares métalliques.
"Expérience quasi - transcendantale" dit Bob de ses concerts en se marrant, non expérience tout court pour découvrir le vrai blues, débarrassé de son décor romantique et larmoyant, le blues pour vivre et rigoler, le blues pour s'en sortir, car comme le disait un autre Bob, Zimmerman celui-là, tout est "Burlesque".
Un clown génial vous le rappelle et frappe un grand coup, au cœur du blues. "

 

Le bijou ... Le site

 

Extrait du concert ...

                                                       Death come creepin'


+++ de vidéos

1/2
2/2

 

Crédits
textes, photos et vidéos
bernard langlade

 

Accueil
Page Spectacles              
       un compteur pour votre site
   

Commenter cet article