Le pic de Hourgade - Bagnères-de-Luchon - Oô. Randonnée itinérante entre Granges d'Astau, Val d'Esquierry et val de L'Aube

Publié le par berlang

                     

                                                                                                       Pic de Hourgade  &  lacs de Nère    Ph.Bernard Langlade                                                                                                                                        

Translate

 

Avertissements
L’accès à ce blog depuis une page « non catégorisée », page englobant l’ensemble des articles, se traduira par l'audition d'un désagréable mélange musical. Pour accéder à la page de l’article concerné, cliquer sur le titre (en lettres de couleur bleu) figurant en haut de page. La page concernée s’ouvrira.

 Les mots, groupes de mots de couleur rouge et la petite image, sont des liens hypertextes sur lesquels il est possible de cliquer.

 Ecrire un commentaire
 Photos
Celles-ci sont diffusées sous forme
de diaporama musical.

Une nouvelle page s'ouvrira.
Musique
Le lecteur  est situé  au pied de l'article. 
Pour l'interrompre, cliquez sur le bouton,

 

 

Préambule
Depuis que j’ai crée ce blog, espace convivial dédié au partage de ma passion pour l’image, je me suis le plus souvent efforcé de pondre «mes papiers »  à chaud ;  L’esprit encore marqué du feu de l’action. La mise à plat de souvenirs encore bien frais, garante d’une fidèle transcription de ma mémoire « immédiate »,  limite probablement les  risques d’erreurs dans les récits. Pourtant, je garde le souvenir d’une belle course de montagne dans le Luchonnais, sortie-Montagne qui me tenait particulièrement à cœur avant même de l’avoir tentée. Sur ce coup, je confesse avoir dérogé à cette règle méthodologique. C’est donc près d’une année et demie après avoir passée une mémorable journée sur ces hauts plateaux pyrénéens, que je trempais la plume dans mon encrier numérique.
A quelques jours de Noël 2011, alors qu'une épaisse buée commençe déjà  à opacifier la vitre de la fenêtre de mon douillet appartement citadin, je me replonge avec délectation  dans les souvenirs d’une belle journée de l’été 2010. Agréables reminiscences d'une longue marche itinérante,  entre granges d’Astau (31)  et Val de l’Aube (65) …


15 Août 2010, Pic de Hourgade, Luchonnais
L’ascension
...

Les sorties «Montagne» qui me tiennent le plus à cœur, sont celles dans lesquelles l’engagement personnel et l'existence d'un environnement minéral et aérien,  occupent  une place de choix.

En compagnie de mon camarade Gérard, solide sexagénaire conservant cette part de jeunesse qui caractérise les authentiques montagnards, nous avions tirés quelques plans sur la comète  « Pyrénées », pour les beaux jours à venir.
C’est ainsi qu’à la faveur d’une  fenêtre météo propice,  nous décidons assez rapidement de gagner les hauteurs du Luchonnais.

Destination finale : Les Granges d’Astau. Un site naturel constituant le point de départ de randonnées aux niveaux de difficultés variables. Les personnes s’initiant à la randonnée dans le Luchonnais, rejoignent depuis ce site le refuge d’Espingo. Elles se contentent parfois de rallier  le Lac d’Oo, itinéraire de base relevant davantage de la balade familiale, en période estivale.

Depuis les granges d’Astau, au-delà du lac d’Oo, du refuge d’Espingo, du refuge du Portillon (refuge Jean Arlaud), il est possible de rallier l’un des multiple sommets atteignant la côte des 3000 mètres d’altitude.

Les 3000 pyrénéens
La liste

De nombreuses pages de l’épopée du Pyréneisme  se sont écrites sur ces remarquables hauteurs ...
Perdiguères, Maupas,  Crabioules, Royo, Querat, spijeoles, Gourdon, Seil de la Baque, Gourgs blancs ... pour les plus connus.

L’un de ces sommets, le pic "Jean Arlaud", doit son nom à un authentique passionné du monde minéral pyrénéen. A la fin des années 30, cet éminent pyréneiste laissera sa vie sur un sommet voisin, le pic des Gourgs Blancs.

Jean Arlaud


Les Gourgs Blancs, accès depuis le Pont du Prat
Peio

Panoramique
Vidéo prise un mois de juin bien enneigé
depuis le sommet du pic Spijeoles

Vidéo


Retour sur notre périple,
entre Vallée d’Oo et vallée du Louron

L’itinéraire en boucle que nous avions initialement prévu de suivre, offrait un double attr
aitIl nous permettait tout à la fois, de nous amener sur un beau sommet du Luchonnais, le pic Hourgade (2964 m.), et de revenir aux granges par une large boucle : Nous nous étions inspirés d'un topo, sur lequel son auteur s'était notoirement "décarcassé" et que nous avions prévu  de suivre dans le sens inverse.
Le Topo

Granges d’Astau (1112 m.), Val d’Esquierry où nous récupérons un bout de GR10 que nous laisserons au Couret (Col) d’Esquierry, Sentier des  pêcheurs, pas des pêcheurs, lacs de Nère, lac des Hermitans, montée au sommet du pic Hourgade (2964 m.). Pour le retour, lac des Hermitans, le val d’Arrouge, le Refuge d’espingo, le lac d’Oo, … Retour aux  granges.
L'itinéraire paraissait si simple sur le papier ...


Descriptif :
Granges d'Astau : 1139
Pic de Hourgade : 2964
Dénivelé : 1825



Ce descriptif bien sympathique,  un itinéraire initialement prévu sur le papier. La réalité du parcours ... fût un peu modifiée. Si je me fie à ma mémoire, au petit matin nous découvrons que la météo "favorable" annoncée les jours précédents, avait "un peu évolué". De fait, la fenêtre météo favorable initialement prévue par MF fût extrêmement réduite. Elle nous permit pour l'essentiel,  d'aperçevoir le déroulé de l'arête sommitale depuis les lacs de Nère. Pour faire court, nous avons passé l'essentiel de ce journée dans un épais brouillard.


6.30 ...
Après une courte nuit passée sous la tente, dès  6.30, nous démarrons à la lueur des frontales notre périple dans une ambiance déjà ruisselante. Traversée de la rivière en évitant de glisser sur ces roches humide, puis cap vers le Val d’Esquierry. Arrivés dans cet étroit vallon, nous récupèrerons un  GR10  noyé dans un épais brouillard.

Le Val d'Esquierry en période hivernale, un secteur à risques ...
A la fin de l'hiver 2010, deux coureurs de montagne perdront la vie dans le secteur. Ils furent emportés par une coulée d'avalanche et retrouvés quelques semaines plus tard.
Les faits

Nous suivrons le GR10 jusqu’au  Couret  d’Esquierry, col où nous croiserons deux bergers très occupés à rassembler leurs nombreuses brebis égarées dans la brume.
Depuis quelques mois, cette même méthode semble avoir été reprise par certaines formations politiques. Peut-être y ont-elles trouvé le moyen de retenir leur électorat volatile. Mais ceci ... Ne-nous-regarde-pas.
Ces deux bergers, les seules silhouettes humaines rapidement avalées par cette brume épaisse,  que nous croiserons au cours de cette longue journée.

Depuis le col, nous filerons ensuite vers la gauche pour emprunter un bien étroit « sentier des  pêcheurs ».  Fine ligne de vie  traçant un étroit sillon sur de bien  roides pentes couvertes d'un  gispet ruisselant. Plus en amont, nous arrivons au  «Pas des pêcheurs », courte barre rocheuse à remonter.
Pour la suite du parcours, nous poursuivrons notre chemin en zigzagant dans un vaste champ d’éboulis ferrugineux et aux tons « ocre ».
Nous évoluons dans un dédale rocailleux et kairné et dans une ambiance cotonneuse, tout bruit paraissant immédiatement avalé par cette brume épaisse, ...
Ambiance irréelle et viennent à mon esprit embrumé, des images du 7ème Art ... Fog.


Progressivement, notre marche rythmée d'un pas régulier, nous parvenons aux lacs de Nère puis plus en amont, au lac des Hermitans. Une brève éclaircie nous  permettra de découvrir la suite du parcours et le dessin de l’arête sommitale, celle d’un  sommet que je n’ai encore jamais approché. L'épais brouillard ne nous empêche pas de poursuivre notre itinéraire.
Gérard opte pour la « voie Véron »,  montant sur la droite. De mon côté, j’opterais pour la remontée d’un raide couloir rocailleux et plutôt glissant, en restant au plus près de bords riches en bonnes prises. Parvenus à l’attaque de l’antécime, petite séance "escalade" toujours appréciée des amateurs du genre. Nous poserons les mains sur de bonnes prises et dans une environnement un peu aérien. Plus haut, nous retrouvons un bonne trace rocailleuse qui nous conduira au sommet du Pic de Hourgade. La météo du jour ne nous permettra pas de profiter du panorama pourtant somptueux, celui-ci étant pour cette journée, invisible à nos yeux.

Après être redescendus du sommet, nous retrouverons le lac des Hermitans et le col au pied du pic de Nère ; Un passage qui devait nous permettre  de récupérer  notre itinéraire de retour. Le brouillard, toujours aussi dense, perturbe nos prévisions initiales. Le gps que j’avais amené, incluant les principaux points du parcours (insuffisamment nombreux), nous montre bien la direction à suivre, mais nous ne sommes pas des oiseaux.
Pensant à torts que mon camarade s’était équipé de la carte ign du secteur, je me suis abstenu d’amener la mienne, erreur fatale. Nous nous retrouverons donc dans un environnement que nous ne connaissons pas, perdus dans un épais brouillard. Nous commençons à descendre à la recherche de quelques kairns. De fait, nous trouverons bien des amas de pierres. Kairn ou pas kairn ? Le secteur qui semble assez peu fréquenté, nous parait peu balisé.
Ce sommet, tout à la fois esthétique dans son dessin et sportif dans son ascension, souffre d'un handicap rédhibitoire, ... 36 mètres pour pouvoir intégrer le club des 3000. Cette "tare", arrête probablement nombre de collectionneurs de hauts sommets.

Seule alternative qui nous semble jouable : perdre de l’altitude pour essayer de trouver un passage au plus près des barres rocheuses. Nous savons qu'au pied de ces barres rocheuses se trouve le lac de Caillauas ; Un lac vers lequel nous devons éviter de descendre. L'itinéraire que nous cherchons vainement et qui nous conduirait vers cabane d’Arrouge et  chemin du retour, semble ne plus exister ... Sequence  "Cogitation ".

Au bout d’une bonne demie-heure de va-et-vient et ne souhaitant pas emprunter l'itinéraire emprunté à la montée, nous nous rappelons qu'un ami de Gérard pêche sur les hauteurs de Germ. Nous décidons aussitôt de partir dans cette direction. Se fondant sur le principe selon lequel «tous les chemins mènent à Rome » …  et les sommets vers une vallée, nous finirons par trouver un début de chemin bien modestement kairné. Nous espérons simplement trouver une vague trace qui nous ramènerait vers la vallée, en souhaitant qu’elle fût la bonne.
A force de contournements, nous finissons par atteindre un lac. Plus tard, de retour à domicile et en regardant la carte, j'en déduirais qu'il s'agit du lac de Hourgade. Plus tard et plus en aval, nous finirons, toujours perdus dans un épais brouillard, par descendre une délicate barre rocheuse verticale et ruisselante d'humidité. Heureusement bien chaussés (chaussures rigides), nous bénirons chacun à notre manière, l'ingéniosité des concepteurs qui donnèrent une excellente accroche sur de petites prises, à nos confortables chaussures.

Plus en aval, nous descendrons une sente longeant une belle cascade. Dans cette perte d'altitude progressive, nous finirons par passer sous la couche nuageuse.

Enfin se découvre à nos yeux rassurés, une
verdoyante vallée éclairée de cette lumière si particulière de fin d' orage. Nous descendrons dans le val de l'Aube, dépassant la carbane d'ourtiga. Si nous avions mieux étudié notre parcours, si nous avions amenée la carte ign du secteur, nous aurions pu remarquer que le sentier gr10 nous aurait ramenés de cette cabane à notre point de départ. Tel ne fût pas le cas.
Nous poursuivrons notre descente sur la vallée, atteignant enfin une piste, un petit barrage, une barrière verte ...
Barrière derrière laquelle notre "Ami providentiel ", s'en grillait une dernière avant de repartir dans sa vallée, à Cazaux-Dessus.

A quelques minutes près, n'attendant personne puisqu'il n'était pas prévu que nous emprunterions ce chemin de "retour", notre bon samaritain s'en serait retourné à sa vie quotidienne. Avec son épouse, il ne fûrent pas peu surpris de notre apparition fantomatique. Après salutations et explications d'usage, nous serons illico rapatriés aux Granges d'Astau, une douzaine d'heures après notre départ à la frontale.

 

Le bilan de cette belle journée ...
Une journée sportive et riche en rebondissements ... et quelques émotions. Un bon dénivelé, supérieur à celui initialement prévu du fait des descentes et remontées pour trouver le bon chemin,  probablement proche des 2000 mètres. Une randonnée au kilométrage rallongé que je n'ai pas encore calculé (25, 30 kms ... ?).
La préparation de l'itinéraire et concertation entre les équipiers, améliorables.
Confirmation que la carte est le complément indispensable au gps (+ boussole).
Lorsque nous avons évoqué notre parcours et nos errements, notre bon samaritain qui avait dans sa jeunesse commis les mêmes erreurs dans le même secteur, ne s'est pas privé de nous rappeler que nous avions eue " beaucoup de  chance". Le risque majeur était notamment de descendre sur le lac de caillauas, sur des parois très exposées. Sur ces mêmes pentes très raides et quelques mois plus tôt, l'ourse Palouma, lachée en 2006 sur les hauteurs du Luchonnais, dévissera d'une barre rocheuse et s'écrasera à proximité de ce même lac pyrénéen.
Palouma 

Google Earth

 


Panorama depuis le sommet
et par beau temps


                                       Une vidéo trouvée sur le net

Notre itinéraire
en Diaporama

10 C'est vite dit

 

 
Le Pic de Hourgade
Par un autre
itinéraire


La terre vue du ciel ...
Deux vidéos successives trouvées sur la toile.
1ère partie
2ème partie

La vallée du Lys : Le tour des lacs ...
Célinda, Charles, Bleu, Vert


Infos diverses :

. Carte
Carte IGN  1/25000  
"Bagnères-de-Luchon - Lac d'Ôo"  -
  1848 OT

 
Le Pic de Hourgade depuis Peyragudes
Google Maps
Carte 3D  

. La terre vue du ciel
Pic de Hourgade dès 4'20

Vidéo 

. Un peu plus loin  ...
     Dans les environs

 

. Le coin des pêcheurs
    De bien beaux lacs d'altitude

 

. Accès à la Rando  ...
Quitter l’autoroute A64 à la sortie 17 -  "Lérida/Montréjeau/Luchon ".
Pour la suite du parcours, emprunter la direction de Bagnères-de-Luchon.

A l'entrée de la ville,  suivre la D 618 en direction du col de Peyressourde.
A Castillon de Larboust-Ôo, emprunter la D76  jusqu’aux  granges d’Astau .

 

A lire attentivement ...  
Les itinéraires que je décris sur ce blog découlent d’observations et perceptions qui me sont personnelles.
Ces informations généreusement partagées, ne dispensent pas le lecteur des compétences requises (cartographique, météo …) l'autorisant à progresser sous sa seule responsabilité dans un univers potentiellement périlleux. J’encourage vivement le lecteur à se plonger également, dans la lecture des cartes & topos-guides. Elles et Ils sont rédigé(e)s par des professionnels de la randonnée ou de la cartographie. La maîtrise de ces précieux outils est donc incontournable à  la préparation sérieuse d’une sortie en milieu naturel.
Les rédacteurs des Topos & itinéraires publiés sur ce blog ne peuvent en aucun cas être tenus pour personnellement responsables,  d’inexactitudes, omissions ou erreurs dans leurs descriptifs.
Ils déclinent toute responsabilité en cas d’accident survenus lors de sorties suggérés sur ce blog.


 

Crédit 
Textes, photos et  diaporama 
 Bernard Langlade 

 

Accueil
Page Montagne
      un compteur pour votre site

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article