Arête des Antiques-Mont Valier - Le PNR des pyrénées ariégeoises. Un voyage dans le temps, entre ciel et terre

Publié le par berlang



P1019663.JPG

Ph.Bernard Langlade                                          Mont Valier - Arête des Antiques  
 
                                                    

Translate

 Avertissements
L’accès à ce blog depuis une page « non catégorisée », page englobant l’ensemble des articles, se traduira par l'écoute d'un désagréable mélange musical. Pour accéder à la page de l’article concerné, cliquer sur le titre (en lettres de couleur bleu) figurant en haut de page. La page concernée s’ouvrira.

Les mots, groupes de mots de couleur Rouge, la petite image  (Diaporama),
sont des liens hypertextes (main) sur lesquels il est possible de cliquer.
Musique
Le lecteur  est situé  au pied de l'article. 

Blog optimisé avec Mozilla Firefox
Installer

Ecrire un commentaire  
 Contact

 

                                                                                                              
« L’enthousiasme d’une journée radieuse nous envahit parfois au petit matin devant la porte du refuge. Peut-être est-ce l’aube verte et mauve et l’air immobile, ou bien le givre fragile de l’herbe qui feule sous la semelle. Voici une étape d’ivresse, on retient son pas pour garder son souffle sur la crête ; Le voyage ressemble à la dérive silencieuse d’un planeur qui joue de l’alternance des versants pour glisser facilement toujours plus loin, Ombre légère absorbée par l’horizon. »
Pyrénées fugue en sol sauvage 


 Du fil de l'arête au fil du temps ...
"
Quand on aime la vie, on aime le passé, … parce que c'est le présent tel qu'il a survécu, dans la mémoire humaine ».
 Marguerite Yourcenar
 Les Yeux ouverts


L'Arête des Antiques ...
Vue du ciel
<span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"><em>&lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&gt;&lt;em&gt;&amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;gt;&amp;lt;em&amp;gt;&amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;lt;em&amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;lt;em&amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;em&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;em&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;br&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;small&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="color: #0000ff; text-align: left;" _mce_style="color: #0000ff; text-align: left;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/small&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;br&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/em&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/em&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;br&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;br&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;br&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; Une insistante pr&amp;amp;amp;amp;eacute;sence m&amp;amp;amp;amp;rsquo;a souvent accompagn&amp;amp;amp;amp;eacute;, lors de mes escapades montagnardes.&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;D&amp;amp;amp;amp;eacute;rangeante sensation qui se fait plus pr&amp;amp;amp;amp;eacute;sente, plus pesante,&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp; avec le poids des ans&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp; ;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;br&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;Dimension humaine&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp;du pass&amp;amp;amp;amp;eacute; dans un monde immobile,&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp; monde fig&amp;amp;amp;amp;eacute; &amp;amp;amp;amp;agrave; notre &amp;amp;amp;amp;eacute;chelle du temps ;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;Monde de roc&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp; et de glace, indiff&amp;amp;amp;amp;eacute;rent &amp;amp;amp;amp;agrave; nos &amp;amp;amp;amp;eacute;ph&amp;amp;amp;amp;eacute;m&amp;amp;amp;amp;egrave;res existences ;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;Indicibles et fantomatiques empreintes du pass&amp;amp;amp;amp;eacute; qui nous aident &amp;amp;amp;amp;agrave; nous sentir plus vivants,&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;" _mce_style="font-family: comic sans ms,sans-serif; color: #c0c0c0; font-size: 8pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;plus r&amp;amp;amp;amp;eacute;ceptifs&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp; parfois,&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;nbsp; dans cet univers &amp;amp;amp;amp;eacute;ph&amp;amp;amp;amp;eacute;m&amp;amp;amp;amp;egrave;re.&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;lt;/em&amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;lt;/em&amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;gt;&amp;lt;/em&amp;gt;&amp;lt;/span&amp;gt;&lt;/em&gt;&lt;/span&gt;</em></span>

Dans une brève histoire du temps, spasmodique contraction de quelques instants, Je garde le souvenir d’un  « voyage »  en terre ariégeoise ; Invisible fil ténu, tendu entre passé et présent.
Une immersion dans le passé du Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Du fait de sa position géographique, stratégique, frontalière de la catalogne espagnole, cette portion du territoire pyrénéen, servit au fil des siècles écoulés, de lieux de rencontres entre les communautés humaines des deux versants.
Les cols, passes, ports, … véritables portes ouvertes sur les populations voisines, permirent aux européens d’hier d’échanger, communiquer.
Lors de périodes troubles, ces mêmes points de passages ont parfois permis aux réfugiés traqués, de sauver leur  propre existence en trouvant refuge de l’autre côté.



Passé-Présent …

Une ordinaire course d’arête, week-end sportif sans autre ambition, me permit un jour de mettre en lumière  un héroïque et dramatique volet de la seconde guerre mondiale, l’histoire des passeurs d'hommes.
« Les sentiers de la liberté ».


Après avoir traversés ou longés, villages et hameaux assoupis par cette belle journée d’automne, nous parvenons au Lac de Bethmale ; Un site apprécié des  pêcheurs, mais aussi des touristes de passage.

Pour la suite du parcours, nous emprunterons une piste forestière jusqu’à une barrière fermant l’accès de la piste conduisant au cirque de Campuls.

L’itinéraire débute par une montée – assez raide -   dans le bois du « mont noir », ou de  « Moun Ner »,  un berger imprudent qui selon une légende locale, fût pétrifié avec ses moutons par la colère divine.

Nous démarrons sur une piste rocailleuse et pentue, lourdement chargés.
Cette grimpette, en ce début d’après midi ensoleillé, nous permettra de nous échauffer rapidement en progressant  sur les hauteurs du cirque de Campuls.

A la sortie du bois, nous arrivons au col d’Auédole et à la cabane d’eliet, que nous apercevons déjà en contrebas.
Au loin,  nous découvrons les rondeurs du cap de bouirex, puis le col de la Core.

Plus en amont –balisage jaune-, nous passons entre Tuc de Seube et Cap Ner, et remonterons un vallon qui nous conduira à l’étang d’Eychelle (1894 m.), dans lequel nous nous rafraîchirons longuement.

Une demie heure plus tard, nous atteignons la cabane d’Eychelle (2000 m.), dominée par le Peyre Blanque et le Tuc d’Eychelle.
Le sentier prend progressivement de la hauteur et nous conduit, en peu de temps, au Col de la Crouzette (2237 m.),  un long couloir venté.
La suite de l’itinéraire descend en pente douce dans un paysage verdoyant, où paissent moutons et chevaux. Il nous conduira assez rapidement jusqu’à la cabane des Espugues (2110 m.), dont nous décèlerons la présence, bien discrète,  au tout dernier moment.

Cette partie du Haut-Couserans passe par des itinéraires moins fréquentés,  plus sauvages. On y observe une faune omniprésente.
Animaux sauvages 
marmottes, isards, rapaces, dahuts… Mais également des animaux «domestiques », … des moutons qui semblent rechercher la présence humaine, peut-être rassurante, allez savoir pourquoi … -, des chevaux, des vaches, et des ours  (rares), ... pour s’occuper de tout ce petit monde.
A l’approche de la cabane des Espugues, nous apercevons dans une trouée du paysage, le seigneur des lieux, le Mont Valier (2838 m.), dont la masse de sa face nord, semble écraser le paysage. Quelques foulées de plus, et nous atteindrons la cabane dans laquelle nous passerons la nuit. Nous découvrons enfin, « l’Arête des Antiques », partie d'une dorsale reliant pic de Pomebrunet et Mont Valier, ...  que nous espérons gravir au petit matin. Cette même cabane, judicieusement construite, permet d’accueillir une douzaine de personnes. En 2010, elle a fait l’objet d’une rénovation et d’un agrandissement. Elle dispose d’un point d’eau potable, à proximité.  La cabane d’Espugues  est appréciée des bergers, des randonneurs, des pécheurs (sachant pêcher), … et des rongeurs (sachant …). Située à un endroit stratégique, elle fût bâtie en aval  du col des Crabérous  et surplombe les étangs de Milouga et d’Arauech.


La cabane des Espugues : Etape du « Chemin de la Liberté »

Cette partie des pyrénées, fût le théâtre de l'un des épisodes particulièrement dramatiques de la dernière guerre mondiale.
Un volet de notre histoire qui mérite que l'on y consacre quelques lignes. Il est des lieux, … chargés d’Histoire … et de mémoires, que foulera le promeneur dans ses rêveries. La mémoire de ceux, de tous ceux  qui foulèrent ces mêmes chemins, dans des circonstances parfois  dramatiques.


Ariège, "Terre courage",  une terre de "Passeurs d'hommes"
Témoignage
Pyrénées de la Liberté , Emilienne Eychenne

Au cours de la dernière guerre mondiale, la cabane d'Espugues servit d’abri provisoire aux personnes fuyant la France pour gagner la frontière espagnole, toute proche, par l’un de ces sentiers d’évasion.
Une période trouble et dramatique de notre histoire, où la bravoure des réseaux de passeurs, au péril de leurs propres existences, permit à des milliers de réfugiés, épuisés, la peur aux tripes, pleins d’espoirs et souffrant en silence … d’atteindre l’Espagne, … puis d’autres horizons...


Parmi eux, certains  y trouveront la mort, sur des pentes escarpées et parfois bordées de parois vertigineuses … …  Un univers hostile auquel  ils n’étaient pas préparés.
Après la guerre, on trouvera parfois leurs dépouilles,  à proximité de l’étang long notamment, à deux pas, – mais quels pas, de cette ligne-frontière qu’ils espéraient tant franchir.
D’autres, beaucoup d’autres, seront arrêtés  après leur passage réussi, par les autorités franquistes.

"... Il ne faut pas oublier non plus, comme le faisait très justement remarquer Mme la Directrice Générale de la Mémoire de la «Généralité» de Catalogne,
que ces chemins fonctionnaient dans les deux sens: Exil et évasion.
Exil pour les républicains espagnols fuyant le régime franquiste, et évasion pour tous ceux qui fuyaient le régime nazi.
Dans les deux cas, les passeurs oeuvraient pour la Liberté, contre tous les fascismes."
Article extrait du journalAriègeNews

Les évènements exceptionnels et dramatiques, révèlent parfois des caractères d’exception ; Hommes et femmes hors normes, qui avec discrétion et humilité sauront prendre leur destin en main,  … et celui des autres.


Evasion, ... une utopie durement réalisée
Un million  de prisonniers de guerre, répertoriés  par l’autorité occupante. 
consultable


Témoignages de prisonniers
Récit de captivité
Récit d’évasion

Partout … ailleurs, sur l’ensemble du territoire national, des combats quotidiens menés par des gens "ordinaires", des "pères tranquilles", feront preuve d’un exceptionnel courage.


Images d'Archives
Liens utiles
La seconde GM, en Ariège


La guerre de grand-papa
Témoignage
Louis Rivière,
Le refus en Couserans


Comment ne pas évoquer l’œuvre de la résistance, toutes ces batailles menées, et parfois perdues, dans la vie du rail, tout spécialement. René Clément en tire en 1945, un chef d’œuvre du 7ème Art  …
La Bataille du Rail 
un long métrage d’inspiration néo-réaliste, véritable pilier dans l'histoire du film français. A voir absolument – en noir et blanc -.
 

Plus récemment, le petit écran a également retracé le quotidien de la France des années de guerre,
Un village français

La génération précédente, ... Un devoir de Mémoire
Le premier conflit mondial, une "grande saignée", dont l’Europe ne se remettra jamais.
...
« … Par là, où il montrait, il n’y avait rien que la nuit, comme partout d’ailleurs, une nuit énorme qui bouffait la route à deux pas de nous et même qu’il n’en sortait du noir qu’un petit bout de route grand comme la langue. … De toute cette obscurité si épaisse qu’il vous semblait qu’on ne reverrait plus son bras dès qu’on l’étendait un peu plus loin que l’épaule, je ne savais qu’une chose, mais cela alors tout à fait certainement, c’est qu’elle contenait des volontés homicides énormes et sans nombre. Cette gueule d’Etat-major n’avait de cesse dès le soir revenu de nous expédier au trépas Et ça le prenait souvent dès le coucher du soleil.
On luttait un peu avec lui à coups d’inertie, on s’obstinait à ne pas le comprendre, on s’accrochait au cantonnement pépère tant bien que mal, tant qu’on pouvait, mais enfin quand on ne voyait plus les arbres, à la fin, il fallait consentir tout de même à s’en aller mourir un peu ; Le dîner du général était prêt .… »

Passage extrait de l'ouvrage de Louis Ferdinand Céline ...
Voyage au bout de la nuit


La jeunesse des années de guerre
Des générations sacrifiées

Depuis une quinzaine d’années,  début juillet,  s’est montée dans le Couserans une Randonnée historique de cette épopée tourmentée. Les participants, nombreux et de nationalités diverses, partent de Saint-Girons pour rejoindre sur quatre jours, la frontière espagnole. Sous la conduite de "passeurs-encadrants", ils  déambulent dans le "PNR  des Pyrénées ariégeoises". Leur itinérance passe notamment,  par le refuge des Estagnous. Un peu plus loin, ils rejoindront l'Espagne au col de la Clauère (2529 m.).
Depuis le refuge, dans un parfum de liberté, il ne leur faudra qu'une paire  d'heures  pour atteindre cette ligne-frontière ; Cette ligne de vie qui fit naître hier, tant d'espoirs...
Dépêchez vous !
... La voie est libre...

Le chemin de la Liberté
webiste

Une plaque commémorative, située à deux pas du refuge, rappele cette épopée héroïque. Parmi ces itinérants accomplissant un voyage intérieur, on compte une présence notable de britanniques, venus pour réaliser leur freedom trail
 

Ce refuge ariégeois, point de passage et lieu d'asile, sera détruit par les forces d'occupation. Plus tard, au cours des années 70, il fera l'objet de travaux de restauration. 1978, Le refuge est enfin ouvert au public.
Histoire de ce refuge.


To walk the Freedom Trail is to bring history to life ...”,
... says Scott.

“... And to experience, in a very personal way, at least some of the hardships faced by the men and women who used this high mountain escape route...
... Only the strong survive...", annonce un participant.
"... It takes 35 hours to cover the 72km (45 miles) with a total altitude gain and loss of over 6,000 metres (20,000 feet)... "

Ils viennent, pour certains d'entre-eux, se recueillir sur l’épave du bombardier Halifax III, appartenant à la 644ème escadrille de la RAF, en mémoire des jeunes aviateurs qu'il transportait. Ce bombardier s’écrase au cours de l’été 45, à quelques mois de la fin des hostilités, sur les pentes du pic de Lampau et à proximité du col des Crabérous.

Vidéo de l'épave, qui se situe en aval du col des Craberous ...
Souvenirs ...

Vidéo

Tous les peuples n’entretiennent pas la même relation avec leur Histoire ...


Le chemin de la Liberté Sur 5 jours, depuis Seix

Itinéraire en images

...
Revenons à notre itinérance.
…  L’enthousiasme de cette journée radieuse, nous envahit au cours de ce petit matin de juillet 2007, devant la porte de la cabane d’Espugues.

Depuis la cabane des Espugues pour rejoindre le Mont-Valier, un choix d’itinéraires s’offre au voyageur.

Le plus court
Descendre à l’étang de Milouga puis remonter jusqu’au col de Pécouch, que l’on redescend ensuite pour faire l’ascension sur l’autre versant (OUEST) - côté Estagnous -.

Le plus long
...
Mais moins de dénivelés, suivre le sentier sur une courbe légèrement ascendante ; Depuis la cabane, nous pourrions aussi partir en direction de l’étang de Cruzous (2139 m.),  puis remonter le désert des lauzets   jusqu’au col de Pécouch  en réalisant une large boucle. Une belle boucle sur un relief très minéral - gros blocs, éboulis, grandes dalles calcaires -, qui permet de longer l’arête des antiques.

Le plus aérien
L’ascension du Mont Valier par « l’arête des antiques », objet de nos convoitises.


Le lendemain, nous quitterons la cabane à 7.00, les sacs allégés, pour rejoindre les bases de l’arête. Jusqu’au lac de Cruzous, l’itinéraire passe par un sentier relativement confortable, avec un faible dénivelé. A l’approche du lac, nous filerons vers l’OUEST, franchissant un ru et progressons sur de gros blocs,  puis sur des grandes dalles calcaires.
Au bout d’une bonne heure de marche, nous atteignons les bases de l’arête au niveau du col de Cruzous, point de départ de  notre ascension. Notre aérienne itinérance débutera par de la marche, posant parfois les mains, ici et là. Un peu plus loin, notre petit groupe se sépare en deux cordées.
Alain, prendra dans la sienne, Morgane et Cécile, toutes deux adroites débutantes. De mon côté, je lierais mon sort à celui de Jean-François, dans une seconde cordée. Nous progresserons jusqu’aux premières difficultés, à cordes tendues avec des anneaux de buste,  passant la corde derrière les becquets rocheux.
L’ambiance est plutôt … « gazeuse », sur un rocher souvent « péteux » ; Nous avancerons avec légèreté ... et doigté. Plus loin, nous tirerons des longueurs, des relais qui ralentiront notre progression.
Notre but initial est d’atteindre, après avoir foulé le sommet du Mont Valériat, le Mont Valier, qui nous surplombe de ses 2838 mètres. Le temps s'écoulant dans un ciel résolument bleu, et conscients de la nécessité de mettre un terme à notre superbe week-end, nous arrêterons notre escapade au sommet du Mont Valériat ;  Nous observerons, avec envie, la suite de l’itinéraire.

P1019540-zoom.JPG 

Malgré la modestie de ses proportions, le sommet du mont Valériat nous permet de profiter d’une perspective remarquable. Partout, tout autour de nous, des sommets hérissés vers l’azur, … et tout en bas, ... éboulis et lacs profonds et sombres.
Depuis cette perspective plongeante, Un instant, nous rêverons ... ... d’un envol  vers ces rafraîchissants miroirs.
Sur l'autre versant, nous apercevons le glacier d'Arcouzan, le seul glacier du secteur, ... ou ce qu'il en reste ; Et, courant vers le couchant, l'arête sommitale du Cap de Pouech ... que je découvrirai un jour. Un autre jour, nous reviendrons pour achever  l'ascension de ce superbe sommet ... Une porte entre Couserans et Val d'Aran...

Retrouvance Valier
Un projet de randonnée itinérante,
en Couserans.

 
"Le temps est notre supplice. L'homme ne cherche qu'à y échapper, c'est-à-dire échapper au passé et à l'avenir en s'enfonçant dans le présent, ou se fabriquer un passé ou un avenir à sa guise".
Simone Weil
La Connaissance surnaturelle


 Le Mont Valier en parapente (A/R Col de la Core-sommet)
La terre vue du ciel


Rêvons un peu,
 ... beaucoup
                                                                                  

                                                             Lynn Hill - El Capitan - the noze

Infos utiles ...
Accès
Depuis Toulouse, prendre l’autoroute E09-A64-E80.
Au panneau » ST MARTORY / SALIES DU SALAT / ST GIRONS »,  prendre la sortie 20.
A Saint Girons (09), face au pont traversant la rivière, prendre, au niveau du rond point,  sur votre droite, la D618 conduisant à Moulis (un fromage célèbre y est produit) et à Castillon-en-Couserans.
Traverser le  village de Castillon-en-Couserans, et après avoir longé un lac, pénétrer dans  Bordes-sur-lez.
A l’entrée du village, prendre, sur votre gauche, la route conduisant au col de la Core et au lac de Bethmale.
Après avoir passés les différents villages limitrophes, nous parvenons, dans un virage en épingle à cheveux, au lac de Bethmale.
Se diriger en voiture vers le lac, puis emprunter une piste forestière sur (environ) six kilomètres, jusqu’à une barrière métallique verte, lieu de stationnement des véhicules et point de départ de cette sortie.

Cartes 

IGN Top 25 n° 2048 OT Aulus-les-Bains

Le Mont Valier
par la vallée du Ribérot


 

A lire attentivement ...
Les itinéraires que je décris sur ce blog,  découlent d’observations et perceptions qui me sont personnelles.

Ces informations, généreusement partagées, ne dispensent pas le lecteur des compétences suffisantes (cartographique, météo …) l'autorisant à progresser sous sa seule responsabilité, dans un univers potentiellement périlleux.
J’encourage vivement le lecteur à se plonger dans la lecture de topos-guides. Ils sont rédigés par des professionnels de la randonnée  et sont donc incontournables pour la préparation sérieuse d’une sortie en milieu naturel. Les rédacteurs des Topos & itinéraires publiés, ne peuvent en aucun cas être tenus pour personnellement responsables, en cas d’inexactitude, omission ou erreur dans leurs descriptifs.
Ils déclinent toute responsabilité, en cas d’accident survenus lors de sorties suggérés sur ce blog.
 

Crédits
Textes, photos, diapo
Bernard Langlade
Contact  

Accueil
Page Montagne            
       un compteur pour votre site           

Commenter cet article