Richard Galliano & L'Orchestre de chambre de Toulouse________ Un concert exceptionnel à la Halle aux grains

Publié le par berlang

P1310270.JPG

Ph.Bernard Langlade                                                                                Richard Galliano  
                                                                                                                   

Translate
 
  


Avertissements
L’accès à ce blog par le biais d’une page « non catégorisée », page englobant l’ensemble des articles, se traduira par l'écoute d'un désagréable mélange musical. Pour accéder à la page de l’article concerné, cliquer sur le titre (en lettres de couleur bleu) figurant en haut de page. La page concernée s’ouvrira.
 Les mots, groupes de mots de couleur Rouge et la petite image, sont des liens hypertextes sur lesquels il est possible de cliquer.
Photos : Pour visionner les photos, cliquez sur la petite Image. Une nouvelle page s'ouvrira.
Musique
: Le lecteur  est situé  au pied de l'article.
Pour l'interrompre, cliquez sur le bouton
Ecrire un commentaire  
 Contact

Lorsque j'ai crée ce blog, lorsque j'ai commencé à diffuser images et vidéos de spectacles, j'ai été (et reste encore) motivé par un seul désir : Faire connaitre des talents reconnus (ou moins connus) au-delà du cercle des habitués du genre. Equipé d'un matériel photo (et vidéo) aux performances limitées, il en résulte parfois une diffusion dégradée de la qualité audio initiale. Cette diffusion peut donc générer dans l'esprit du public, confusion et représentation faussée de la prestation des artistes  concernés ; Une représentation déformée qui peut leur être préjudiciable. Les vidéos que j'ai enregistrées et que je diffuse ici même, ne donnent donc qu'une première idée du talent réel des artistes concernés.

 

 

Une  soirée  sous  la  Halle …
Avez-vous  jamais  pénétré  à  l’intérieur d’un  entrepôt  céréalier,   dans  les  profondeurs  d’un  silo  à  grains  ? Les intrusions  de  l’astre solaire aidant,  la  lumière  baignant  ces lieux  ordinairement  si  obscurs,   y est  si singulière, planante et irréelle ; Une  fracture du temps présent. De facétieux  rayons  s’infiltrent par  de  rares  ouvertures. Ils y révèlent   de  blondes  collines aux formes  enchanteresses,    presque  féminines. Insistants  traits  de lumière  animés de multitudes  virevoltantes, myriades  stellaires restées en  suspension et à  la  merci  du  moindre  souffle.

Désormais  reconvertie  Ad vitam aeternam  en  salle de concerts, la  Halle  aux   grains  a  oublié  ces  senteurs  céréalières  d’antan ;  Etranges  réminiscences  d’un  passé si  vite  oublié. Exit  les  intrusions  solaires   en  ces  lieux   réaménagés,   épurés. Le rayonnement  y a  trouvé  de nouveaux  mots,  des mots de lumière ; Des mots qui  ont trouvé en ces lieux, de nouveaux échos et   des rythmes inédits.
Cet  édifice,  situé  au  centre ville et  à quelques pas du canal du midi, a  connu depuis sa création en 1864, des affectations différentes. Initialement  conçu  comme  lieu  de  marché (céréales)  destiné  à nourrir  la  population  locale,  ce  bâtiment  aux formes  hexagonales, devient   dès  le début des années  50  un  « palais des sports »  ;
Un  temple païen, dédié aux combats de boxe et aux rencontres de catch.
En  1974,   la Halle aux Grains   s’ouvre  à  une nouvelle  destination, celle  que nous  lui connaissons désormais …  une salle de concerts.

En  1988 et à  l’initiative de  la  Mairie,  des  travaux d’embellissements et d’acoustique sont  alors entrepris. De nos jours, la halle  aux  grains  est  désormais  reconnue  comme  figurant  parmi les  lieux musicaux  les  plus réputés  d’Europe,  une salle à  l’acoustique reconnue. 
C’est   dans  ce  superbe  édifice   que  j’irais  écouter  un  soir  d’hiver, 
un  musicien  de  jazz  réputé.  Attachant artiste et invité  de  marque en  ces  lieux  d’excellence,  invité de l’Orchestre  de  Chambre  de   Toulouse   et  son  chef  d’orchestre
, le  violoniste  et  compositeur,     Gilles Colliard


L’OCT
Website
Les concerts

P1310220mini200.JPG

 


Richard  Galliano, la Bio
...

Plus discret  que  son homonyme  John,  le  talentueux et extravagant  dandy de la Haute couture britannique, Richard Galliano semble appartenir à cette catégorie de  musiciens,   mêlant  discrétion  et  curiosité d’esprit ; Un talentueux artiste  éloigné  des  paillettes, outre passant   les  frontières  musicales. Ce trait de caractère lui permettra sans doute de jouer dans des registres  musicaux très  variés.
Fils  d’un accordéoniste,  Richard  est  tout  juste âgé  de quatre ans  lorsque  son musicien  de  père   l’initie  à  cet  instrument. Il  découvrira  aussi  dès  son enfance un autre instrument de musique,  le piano. Claude Noel  sera  en ce domaine, son  mentor. Il  lui fera  aussi découvrir le jazz, mais  c'est  en  découvrant  Cliffort Brown, qu'il  adhèrera  vraiment à  ce  monde  nouveau. Plus tard,  le jeune Richard  intègre le Conservatoire de Nice ; Il  y  découvrira  un autre instrument,   le trombone à coulisse. Son parcours musical lui permet rapidement de rencontrer  des artistes  de renom, dans   l’univers  de  la  Chanson Française   ou  du  jazz,  … mais pas  seulement. Des  artistes qui  marqueront  leur  époque.
Il  jouera  notamment  aux côtés de
Juliette Gréco, Charles Aznavour, Ron Carter, Chet  Baker, Martial Solal, Barbara Michel  Petrucciani,   Michel Portal,  les  Rita Mitsouko  

Il   se produira   aussi  aux côtés  de  l’harmoniciste belge  Toots Thielemans  … Un vénérable  musicien que  j’aurais le plaisir d’écouter au cours d’une soirée d’automne. Il fût  l'invité  du  festival  toulousain, 
Jazz sur son 31
Toots
La proximité musicale de ces deux instruments,  un feeling musical  sans  doute  assez proche entre ces deux artistes
parfois  porté  à  la  nostalgie,  ne  pouvait  que rapprocher  ces  deux musiciens. Tous  deux  sont  parvenus  à  imposer  leur  instrument  respectif. A  l’exemple  de  Toots,  Richard Galliano  dû  s’employer  à  prouver  aux  sceptiques que l’accordéon  avait  bien toute sa place  dans  l'univers du jazz ; Un univers musical jusqu'alors dominé  par  les  cuivres.
Plus tard,  Richard  Galliano  rencontrera  Claude Nougaro, une  étoile filante du jazz
et  du  Swing ; Une étoile qui  a  rejoint  son  firmament. Deux ans après sa disparition, Richard Galliano lui dédiera  une de ses compositions.

 Tango pour Claude
Soucieux  de  faire évoluer  et  accepter l'accordéon  dans l'univers jazzy et rejettant
le jeu  traditionnellement  pratiqué dans l'Hexagone (Bals pop),  Richard Galliano se tourne vers d'autres horizons musicaux. Il  s'intéresse alors aux accordéonistes  bréziliens  (Sivuca, Dominguinhos ...), mais  aussi américains qui s'essaient au jazz (Art Van Damme, Ernie Felice ...). Il n'oubliera pas non plus, les maitres italiens (Felice Fugaza, Volpi, Fancelli).
Au début des 80ies, la rencontre avec Astor Piazzola marquera un virage dans sa carrière.
Il opère un retour sur ses racines ; Des racines qu'il revisite et auxquelles il avait tourné le dos : Richard Galliano  redécouvre le répertoire traditionnel de valses musettes, de la java et des complaintes, mais aussi  du  tango. TANGO, un mot magique auquel il accolera son nom, pour le bonheur de tous.
Dans  la  lignée  d'accordéonistes de renom,  Tony Murena  et  Gus Viseur notamment,
Richard  Galliano  revisite l'accordéon dont  il  change  les  harmonies, ...  Il  l'adapte au jazz. Cette remise à plat aboutira à un disque qu'il enregistre avec Philip Catherine, Pierre Michelot, et Aldo Romano.
Il  obtiendra  en 1993  une consécration,   en  recevant  le  prix  "Django-Reinhardt".
New Musette
Accompagné de  son  Victoria ,  il  adapte l'accordéon  aux libertés du jazz  et  au-delà ...


1996,   Le voyage aux states ...
Accompagné  de  musiciens  renommés,  Al Foster,  Bireli Lagrène,  et Geoge Mraz,  il enregistre   "New york tango"  ; Un disque  qui lui vaudra un consécration internationale ...  et  une  "Victoire de la musique".
Désormais,  la consécration du talent de Richard Galliano lui vaut des invitations.
Il s'engage dans des duos ...
... Michel Portal, Enrico Rava, Charlie Haden, Eddy Louiss.
Pendant quelques années, il participera aussi à un trio crée avec Daniel Humair et Jean-François Jenny-Clarke.

1999, Richard Galliano  fait découvrir ses premières compositions qu'il enregistrera, soyons fous, avec un orchestre de chambre.
Quelques années plus tard, Richard Galliano  rejouera aussi les oeuvres de son mentor Astor Piazzola ; 11 années après sa disparition.  Il en tire un succès ... Piazzolla for ever

 

Si vous aimez l'ambiance "Tango" et  la note nostalgique et envoûtante  qui s'en dégage,  si vous aimez le jazz,  si vous aimez l'accordéon, ...  Vous aimerez  la  musique de  Richard Galliano et  l'émotion qui s'en dégage.


 

Extrait du concert ...                                                                                       

 

                                                                                                                                New York Tango


 Le concert sous la Halle ...
 Gilles Colliard  avait aussi invité à ce concert  exceptionnel ...

.  Le trompettiste Bernard  Soustrot,
 plusieurs fois couronné par de grands prix internationaux,
 
 . L'organiste  Jean Dekyndt.

 Les pièces interprétées
  Isaac Albeniz, ... "La suite espagnole"
  Astor Piazzolla,   " Invierno porteno", "Primavera portena"
 Richard Galliano, "Opale concerto", "Suite méditerranéenne"


 +++  de  Vidéos
  1 / 4
   2 / 4
    3 / 4
     4 / 4


Richard Galliano & Didier Lockwood
Une soirée à Colomiers


 Gallianissimo
 The best  of
Website

                   

Crédits
Textes, photos et vidéos :
 bernard Langlade

  Contact     
                   
           

Accueil
Page Spectacles              
       un compteur pour votre site

Commenter cet article